Accompagner par temps de Covid et temps mauvais

LIM accompagne des migrants pendant leur parcours de demande d’asile et après l’obtention du statut de réfugié. Accompagner c’est anticiper les besoins ou répondre aux attentes ; c’est « faire-avec », jamais « faire pour », c’est soutenir dans les moments difficiles, être humain tout simplement. Ce fut parfois compliqué.
Pendant le confinement, le soutien scolaire et l’alphabétisation des parents ont été assurés quotidiennement grâce aux moyens de communications à distance avec lesquels chacun a du se familiariser ainsi qu’à la disponibilité de la salle municipale «Pause Café ». Des solutions ont été trouvées pour faire face à la fermeture de certaines épiceries sociales. L’examen des demandes d’asile a été interrompu retardant les convocations et les auditions par l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides).
Avec le temps mauvais actuel, celui des assassinats terroristes, le souvenir des exactions vécues dans les pays d’origines est devenu pour certains plus présent et douloureux. L’OFPRA a jugé nécessaire de convoquer à deux reprises la dernière famille en demande d’asile. Il en a résulté une augmentation de l’anxiété et des dépenses pour les déplacements en région parisienne.
Les familles accompagnées restent malgré tout confiantes en l’avenir et LIM plaide pour que l’atmosphère actuelle n’atténue pas le regard bien veillant porté sur elles. LIMONEST Intégration Migrants .

En recherche d’un emploi

Révision du CV et création d’un compte LinkedIn pour Zaynab Younus. Un parcours professionnel riche, courageux et plein d’humanité pour une femme comptable de formation (bac +3 en Irak en 2005). Aujourd’hui Zaynab a obtenu son « Attestation de comparabilité pour diplôme obtenu à l’étranger » délivré par le CIEP à un niveau licence. Elle cherche du travail correspondant à ce niveau. En parallèle elle suit une formation à distance de gestionnaire de paie. Bon courage Zaynab !

Pour plus de jardins familiaux

Depuis le déconfinement, Abd le mari de Fadia, cordonnier-bottier et jardinier-agriculteur par tradition, a commencé à travailler son jardin potager. Deux membres de l’association LIM ont mis à sa disposition un lopin de terre, un bout de pelouse pourtant amoureusement tondue ! Quel bonheur pour lui, demandeur d’asile sans droit au travail rémunéré, d’exercer enfin une activité, de restaurer sa dignité et d’attendre le statut de réfugié plus sereinement. Il cultive, avec les gestes mille fois répétés en Syrie, des légumes bio dont la famille a besoin. Ils poussent rapidement dans la terre de Limonest comme dans la terre syrienne. Ceci est une incitation à organiser des jardins familiaux. LIM envisagerait d’accueillir une nouvelle famille si de nouvelles personnes rejoignaient l’association.

Repas chez la famille Aladous

Une dizaine de personnes de LM, Max Vincent maire de Limonest et Florence Durantet, adjointe, se sont retrouvées chez Abed et Fadia Aladous qui nous avaient tous invités.
Quel plaisir de voir Fadia si,heureuse de nous accueillir après 2 jours de préparatifs…